Les femmes, grandes oubliées de la médecine

Le 4 octobre 2013, Arte diffusait une émission à propos des différences entre les sexes face à la médecine et aux maladies.

L’émission montre que les femmes sont les grandes oubliées de la médecine. Pourquoi ? Parce que la plupart des recherches sont effectuées sur des hommes et pour les hommes. Par exemple : la plupart des études cliniques sur les médicaments ne sont réalisées qu’avec des sujets hommes.

A ce sujet, précisons que lorsque cela arrange les hommes, les recherches médicales se font exclusivement sur les femmes. Un exemple : la contraception. En effet, les hommes ont toujours eu peur de modifier leur système hormonal par crainte de perdre leur libido. La recherche s’est donc concentrée sur les femmes, faisant croire qu’une contraception masculine était impossible. Et ce sont les femmes qui ont dû prendre en charge la contraception du couple au détriment de leur santé. Aujourd’hui, la contraception masculine est à l’étude, enfin !

Voici la page d’Arte qui présente l’émission : Les maladies ont-elles un sexe ? 

Texte de la page d’Arte : « Les différences biologiques entre les hommes et les femmes sont encore peu prises en compte dans le domaine de la santé. Pourtant, une médecine intégrant davantage les spécificités de chaque sexe pourrait améliorer la prise en charge des patients.

De nombreuses maladies se manifestent différemment selon qu’elles affectent les femmes ou les hommes. En cas d’infarctus, ces derniers souffrent le plus souvent de violentes douleurs thoraciques alors que les problèmes cardiaques s’accompagnent de symptômes tout autres chez les femmes. Ainsi, certains médecins interprètent mal des signes pourtant révélateurs et renvoient chez elles des patientes gravement malades – avec parfois des conséquences tragiques. De même, hommes et femmes ne présentent pas la même tolérance aux molécules. Une mauvaise posologie peut conduire à la mort en cas de maladie chronique. Au contraire, un traitement tenant compte des différences liées au sexe peut améliorer la sécurité et la qualité de vie de nombreux patients. Pourtant, la plupart des études cliniques sur les médicaments ne sont réalisées qu’avec des sujets hommes. Ce documentaire s’intéresse à des individus qui ont subi les suites parfois dramatiques d’un diagnostic erroné ou d’un traitement négligeant les caractéristiques de chaque sexe. Il donne également des informations précieuses sur l’état de la recherche en Europe autour de cette question : l’Institut de recherche sur les différences entre hommes et femmes dans la médecine, à l’hôpital universitaire de Berlin, est pionnier en la matière. Des experts et des médecins nous font part de leurs expériences. »

Image

Vidéo de l’émission (version intégrale)
(capture écran de la vidéo)

Oubliées par la médecine, les femmes sont donc en grand danger au niveau de leur santé. Un exemple parmi d’autres : les maladies cardio-vasculaires qui n’ont fait l’objet de recherches que pour les hommes : Maladies cardio-vasculaires : les femmes en danger

Extrait de cet article : « Psychologies : Une femme sur trois meurt d’une maladie cardio-vasculaire aujourd’hui. Pourquoi continue-t-on à croire qu’ils touchent presque exclusivement les hommes ? Pourquoi parle-t-on si peu de ces problèmes chez les femmes ?

Danièle Hermann : Je dirais qu’il y a, curieusement, un certain machisme latent. Le cœur des femmes est un domaine qui a été délaissé par la recherche, mais aussi par les médecins généralistes et les cardiologues eux-mêmes. Depuis plusieurs années, tous les efforts ont été axés sur l’homme, avec des résultats très significatifs puisque l’on a pu observer chez eux une réelle baisse de mortalité cardiaque. Mais pendant ce temps, on ne s’est pas préoccupé des femmes. Aujourd’hui encore, la recherche reste à plus de 70% tournée vers les maladies cardiaques masculines (contre moins de 30% pour les femmes). »

Publicités

5 réflexions sur “Les femmes, grandes oubliées de la médecine

  1. Ping : Les femmes et les filles autistes sortent de l’ombre – Marianne Kuhni

  2. Ping : La connaissance du clitoris serait-elle subversive ? – Marianne Kuhni

  3. Ping : L’occultation du clitoris, source d’asservissement des femmes – Marianne Kuhni

  4. Ping : Ce superbe clitoris qu’on ne voulait pas voir – Marianne Kuhni

  5. Ping : Les femmes et les filles autistes sortent de l’oubli – Marianne Kuhni

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s