Le Syndrome de Stockholm sociétal (théorisé par Dee L. R. Graham)

La violence millénaire envers les femmes et les enfants crée des pathologies sociétales. L’une de ces pathologies est le Syndrome de Stockholm sociétal. Son expression est une société qui fait alliance avec les agresseurs et leur voue un amour inconditionnel.

Le Syndrome de Stockholm sociétal pour les femmes (pas pour les enfants) a été théorisé par Dee L. R. Graham, professeure agrégée de psychologie à l’Université de Cincinnati (USA), dans son livre : Loving to Survive: Sexual Terror, Men’s Violence, and Women’s Lives (aimer pour survivre : la terreur sexuelle, violence des hommes et vies de femmes).

Le postulat de Dee L. R. Graham et des co-auteures du livre est que la psychologie actuelle des femmes est une psychologie de femmes dans des conditions de captivité, à savoir dans des conditions de terreur infligée par la violence masculine envers les femmes. Elles postulent que les réponses des femmes aux hommes et à la violence masculine ressemblent aux réponses des otages face aux ravisseurs. De même que les otages qui travaillent à apaiser leurs ravisseurs de peur que ces ravisseurs ne les tuent, les femmes travaillent à satisfaire les hommes. La féminité est un ensemble de comportements qui font plaisir aux hommes (dominants), parce que ces comportements transmettent l’acceptation de la femme de son statut de dominée. Ainsi les comportements féminins sont des stratégies de survie, comme les otages qui se lient à leurs ravisseurs.

La théorie du Syndrome de Stockholm sociétal permet d’expliquer beaucoup de comportements apparemment irrationnels des femmes. Par exemple : pourquoi tant de femmes rejettent le féminisme (comment une femme peut-elle ne pas vouloir les mêmes droits que les hommes ?). Pourquoi tant de femmes font alliance avec les hommes (il serait beaucoup plus utile de faire alliance avec les femmes). Pourquoi tant de femmes ont des love-addictions (ressemble à l’amour inconditionnel d’un Syndrome de Stockholm).

Le texte original en anglais peut être téléchargé gratuitement sur ce site : http://radfem.org/ (dérouler la page jusqu’à l’ouvrage « Loving to survive »).

 stockholm-syndrome-loving-to-survive

Loving to Survive: Sexual Terror, Men’s Violence, and Women’s Lives
(théorisation du Syndrome de Stockholm sociétal)
par Dee L. R. Graham, professeure agrégée de psychologie à l’Université de Cincinnati (USA)
« Contends that women’s psychology reflects a condition of captivity borne of terror caused by maile violence. The authors make a convincing case. The New York Times Book Review »

Publicités

3 réflexions sur “Le Syndrome de Stockholm sociétal (théorisé par Dee L. R. Graham)

  1. Ping : Silencier les femmes victimes en prétendant qu’elles « se victimisent » (procédé anti-victimaire) – Marianne Kuhni

  2. Ping : La violence machiste systémique et la non-reconnaissance des femmes victimes – Marianne Kuhni

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s