Gestalt-thérapie

Gestalt est un terme d’origine allemande qui signifie « forme »  et découle du verbe gestalten qui veut dire « mettre en forme ou  donner une structure signifiante ».

La Gestalt-thérapie est une psychologie élaborée au début des années 40 par le psychiatre et psychanalyste allemand Fritz Perls assisté d’une équipe new-yorkaise constituée notamment de Laura Perls et Paul Goodman.

En 1951, avec la parution de l’ouvrage fondateur Gestalt Therapy (traduction française: Perls, F., Hefferline, R. et Goodman, P., 2001), les bases théoriques sont posées à partir des fondements de la Gestalt-Psychologie, des recherches psychanalytiques (Freud, Ferenczi, O. Rank, W. Reich, etc.), de la phénoménologie et de l’existentialisme.

La Gestalt-thérapie est l’une des deux psychothérapies les plus pratiquées dans le monde après la psychanalyse. Sa spécificité est d’être centrée sur le présent et la relation dans une perspective phénoménologique et expérientielle, avec observation des processus ou gestalts (formes ou figures). Cette façon de travailler permet de réactualiser les processus psychique en travaillant sur la conscience de « ce qui se passe » dans l’instant présent, au niveau corporel, affectif et mental. Cette expérimentation de la présence à soi-même et de la présence au monde ouvre à la capacité de choix et d’innovation (sort de la répétition) et à la formation de processus psychiques souples et ajustés. Le centrage sur le présent et la relation est la raison pour laquelle la Gestalt-thérapie est souvent nommée « art du contact ».

Le champ d’application de la Gestalt-thérapie est principalement la psychothérapie et la supervision clinique. En plus de sa pratique clinique en cabinet, la Gestalt-thérapie est également reconnue dans le domaine de l’entreprise où les thérapeutes gestaltistes interviennent pour faire du coaching et de la supervision. Cette ouverture à l’entreprise est rare pour une psychologie et provient du fait que la Gestalt-thérapie permet de rester centré-e sur les processus du présent sans aborder le passé ou l’ailleurs. Les praticien-ne-s gestaltistes offrent à l’entreprise une garantie et une sécurité importantes, celles de ne pas outrepasser le cadre de leurs interventions puisque leur pratique clinique leur fait connaître mieux que quiconque où se trouvent les limites entre la psychothérapie et le travail en entreprise.

Traduction de Gestalt Therapy (1951)
par Jean-Marie Robine

Gestalt-thérapie (2001)

Perls, F., Hefferline, R. et Goodman, P. (2001). Gestalt-thérapie. Bordeaux, France : L’exprimerie.

Références bibliographiques

American Psychiatric Association. (1996). DSM-IV : Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Paris, France : Masson.

Francesetti, G., Gecele, M., Roubal, J. (2013). Psychopathologie en Gestalt-thérapie. Bordeaux, France : L’exprimerie.

Organisation Mondiale de la santé. (2000). CIM-10 : Classification internationale des troubles mentaux et des troubles du comportement. Paris, France : Masson.

Perls, F., Hefferline, R. et  Goodman, P. (1951). Gestalt Therapy : Excitement and Growth in the Human Personnality. New-York, USA : Julian Press.

Perls, F., Hefferline, R. et Goodman, P. (2001). Gestalt-thérapie. Bordeaux, France : L’exprimerie.

Robine, J-M. (1998). Gestalt-thérapie : La construction du soi. Paris, France : Editions L’Harmattan.

Robine, J-M. (2012). Le changement social commence à deux : Etudes pour la psychothérapie. Bordeaux, France : L’exprimerie.

Robine, J-M. (2016). Le self, artiste du contact. In Robine J-M. (ed) in Self : Une polyphonie de Gestalt-thérapeutes contemporains. Bordeaux, France : L’exprimerie.

Publicités